Chasse

Notre domaine de chasse est situé à Borgloon (Jesseren – Kerniel), en plein milieu de la région des arbres fruitiers. C’est là que j’ai grandi entre chasse, agriculture et jardinage. Le biotope est très varié. Dans notre domaine de chasse, à côté des champs de betteraves, petits pois, maïs et autres cultures se trouvent encore quelques magnifiques prairies et des buissons sauvages. Notre population naturelle de faisans est plus que correcte. Le lièvre aussi est bien présent en suffisance. Nous faisons en sorte d’économiser ces richesses, au contraire du lapin que nous devons chasser sévèrement afin d’éviter les dégâts commis aux arbres fruitiers. Au début de la saison, nous chassons dans les champs. Mais après quelques semaines, quand les betteraves et les maïs ont été récoltés, nous nous rendons dans des endroits parfois impénétrables, des petits bois obstrués par des troncs tombés, des orties et des ronces.

C’est un terrain très dur mais qui convient à la plupart des chiens. Ainsi nous avons vu aller et venir beaucoup de races de chiens. Jusqu’à ce que nous ayons entre les mains notre premier Springer il y a 20 ans déjà. Elle n’avait que 11 mois quand elle fonçait déjà avec plaisir à travers les ronces tout en gardant un contact rapproché avec nous.  Lever et rapporter le gibier étaient sa nature. Nous ne pouvions tout simplement pas l'ignorer: c’était le chien idéal pour notre terrain de chasse. Nous sommes entretemps quelques années plus loin et plus riches d’une belle expérience. Ma Pasja a ainsi obtenu son diplôme A aux Pays-Bas et a raté d’un cheveu le Nimrod Hollandais. Il a ainsi été prouvé que les Springers sont d’excellents rapporteurs car leur tâche ne consiste pas uniquement à lever le gibier, encore faut-il qu’il le ramène. Quand je vais à la chasse aux pigeons, mon chien doit rester calme à mon poste et chercher (quand je lui indique de le faire) si c’est nécessaire. Ceci vaut également quand je vais chasser le canard chez des amis. 

Quand je fais de la reproduction, je trouve important que les 2 parents soient des rapporteurs de nature. Tout le monde n’a pas le temps ni la possibilité d’apprendre aux chiens à rapporter. Les Springers doivent aussi avoir une impulsion naturelle à trouver le gibier dans les couverts et de préférence à une cadence rapide et tout près autour du maître. Les personnes qui désirent voir ce travail  peuvent avoir une petite démonstration

Pour faire une reproduction de qualité, il faut pouvoir se rattacher à des lignées très fortes. J’ai pu constater que la mère d’origine ?? (Goldings Scaup) est à mes yeux une chienne de grande classe et j’ai conservé ces qualités tant chez les chiots mâles que femelles.  A côté de cela, nous avons d’autres lignées qui apportent des qualités supplémentaires. Nous importons donc différentes chiennes en provenance d’Angleterre, des Pays-Bas et de France et avons choisi des mâles reproducteurs en provenance des Pays-Bas et de France. Parfois, nous faisons une nichée pour nous en nous gardons pratiquement tous les chiots. Ainsi nous pouvons sélectionner les meilleurs chiens de cette nichée ce qui est important pour les futurs reproductions. Notre but est de produire des chiens naturellement aptes à rapporter et facile à entraîner, sociables en compagnie et utilisables pour différentes sortes de chasses. Aucun problème car toutes ces qualités se retrouvent chez l’Epagneul Springer anglais.

  • English (United Kingdom)
  • Dutch-Netherlands
  • French (France)